Étapes de la transformation en huile et en tourteau

Extraction par solvant après pression

C’est le moyen le plus courant employé pour transformer le canola. Une fois que la graine est écrasée, l’huile est séparée du tourteau à l’aide de solvant.

Cette opération comprend généralement :


Durant la transformation, la qualité du tourteau peut être affectée par la température et d’autres facteurs.

Le double pressage est une méthode de transformation moins courante. Au lieu d’extraire l’huile à l’aide de solvant, les graines peuvent être passées dans la presse continue une seconde fois. Le tourteau produit a une teneur en huile supérieure et par conséquent une teneur énergétique nette métabolisable et digestible supérieure. Étant donné que le tourteau n’est ni désolvantisé ni grillé, il existe un moindre risque que la température affecte sa qualité.

Étapes de la transformation

Le nettoyage des graines

Les impuretés sont retirées à l’usine avant la transformation.

Le conditionnement préalable et la floconnisation des graines

Dans les climats froids, de nombreuses usines de trituration utilisent des séchoirs de grain pour préchauffer les graines et éviter leur éclatement lorsqu’elles entrent dans la floconneuse. Les graines nettoyées sont éclatées en flocons par des rouleaux aplatisseurs réglés sur un dégagement étroit afin d’éclater l’enveloppe des graines. L’objectif est d’éclater autant de parois de cellules que possible sans détériorer la qualité de l’huile. L’épaisseur optimale des flocons est de 0,3 à 0,38 mm. Les flocons d’épaisseur inférieure à 0,2 mm sont très fragiles, tandis que les flocons d’épaisseur supérieure à 0,4 mm fournissent un rendement en huile inférieur.

La cuisson des graines

Les flocons passent dans un tambour chauffé à la vapeur ou des cuiseurs de type empilable pour :

  • éclater thermiquement les cellules d’huile qui ont survécu à la floconnisation;
  • réduire la viscosité de l’huile, ce qui favorise sa récupération;
  • augmenter le taux de diffusion du tourteau préparé;
  • dénaturer les enzymes hydrolytiques;
  • ajuster l’humidité des flocons pour la préparation au travail en prépression.


On augmente rapidement la température jusqu’à 80° à 90 °C pour désactiver l’enzyme myrosinase. Ces enzymes peuvent hydrolyser les petites quantités de glucosinolates présentes dans le canola et produire des produits de fractionnement indésirables, affectant la qualité de l’huile et du tourteau.

Le cycle de cuisson dure habituellement de 15 à 20 minutes. Les températures varient de 80° à 105 °C, la valeur optimale étant d’environ 88 °C.

Des températures allant jusqu’à 120 °C ont été utilisées traditionnellement en Chine et dans d’autres pays pour transformer le colza à teneur en glucosinolates élevée. Cependant, ces températures élevées risquent de nuire aux concentrés protéiques du tourteau.

Le pressage

Les flocons de graines de canola cuits sont alors pressés dans une série de presses à vis ou presses continues. Cette opération retire de 50 % à 60 % de l’huile, tout en évitant une pression et une température excessives.

Un tonneau cylindrique contient un arbre rotatif à vis et un jeu de barres plates en acier qui longent les parois. L’huile s’écoule entre les barres tandis que le tourteau reste dans le tonneau. L’arbre rotatif presse le tourteau contre un étrangleur réglable qui commande l’évacuation du tourteau hors du tonneau.

L’opération produit un tourteau pressé qui est idéal pour l’extraction par solvant.

L’extraction par solvant

Pour retirer l’huile restante, le tourteau est traité à l’hexane spécialement raffiné pour l’industrie de l’huile végétale. Le tourteau est imbibé de solvant ou de miscella. L’extracteur déplace alors le tourteau et le miscella (solvant plus huile) en sens opposés pour créer une extraction continue à contre-courant.

Une série de pompes pulvérisent du miscella progressivement « moins riche » sur le tourteau, augmentant graduellement la proportion de solvant par rapport à l’huile. Le solvant s’infiltre par gravité à travers le lit de tourteau, pénétrant et saturant les fragments de tourteau. Après un bain au solvant frais, le marc (tourteau saturé d’hexane) quittant l’extracteur à solvant contient moins de 1 % d’huile.

On peut utiliser divers types d’extracteurs. Les conceptions de type à panier et en boucle continue sont les plus courantes.

La désolvantisation et le grillage

Le solvant est retiré du marc dans un désolvantiseur-gril. La plupart du solvant s’évapore du tourteau lorsque ce dernier est chauffé à la vapeur sur une série de plaques de compartiments ou de marmites. L’élimination finale du solvant est complétée par l’injection de vapeur dans le tourteau, opération appelée grillage.

Durant l’opération de désolvantisation-grillage, le tourteau est chauffé à une température située entre 95° et 115 °C et l’humidité augmente à une plage de 12 % à 18 %. Le tourteau reste dans le désolvantiseur-gril pendant environ 30 minutes. Puis on injecte de l’air pour le refroidir et le sécher afin d’obtenir une humidité d’environ 12 %. Finalement, le tourteau est transformé à l’aide d’un broyeur à marteaux en granules de consistance uniforme; on en fait ensuite des granulés ou il est envoyé directement à l’entreposage sous forme de moulée.

Le raffinage de l’huile

Pour garantir une bonne stabilité et une longue durée de conservation, l’huile brute subit une série d’opérations comprenant la précipitation à l’eau ou avec acides organiques associés à l’eau. Ces opérations éliminent les composés tels que les phospholipides, les gommes mucilagineuses, les acides gras libres, les pigments de couleur et les fines particules de tourteau. Une fois retirés, ces sous-produits sont ajoutés à la fraction de tourteau de canola pour en faire un produit encore plus nutritif pour les aliments destinés aux animaux.

Pour retirer les composés de couleur déplaisante, l’huile est alors passée à travers de l’argile naturelle. Bien que cette opération s’appelle le blanchiment, elle n’implique aucun produit chimique fort.

L’étape finale du raffinage de tout type d’huile végétale est la désodorisation. La distillation à la vapeur élimine tout composé pouvant donner à l’huile une odeur ou un goût déplaisant.

À ce stade, l’huile de canola est prête pour le conditionnement et la vente en tant qu’huile de cuisson ou pour la transformation en d’autres produits.

Les autres transformations

L’huile de canola se prête à la fabrication d’autres produits tels que la margarine et le shortening par le biais d’une opération appelée hydrogénation, qui solidifie l’huile.

On peut aussi la mélanger à d’autres huiles de nature plus solide, notamment l’huile de palme. Cette opération produit une substance semi-solide qui n’a pas besoin d’être hydrogénée.

Le pressage à froid

On peut aussi extraire l’huile des graines de canola par le pressage à froid, lequel comprend les mêmes étapes générales mais pas l’extraction à l’hexane. On extrait l’huile principalement par pressage mécanique, un moyen moins efficace de récupérer l’huile.